Grandes écoles, universités et innovations


Je vous recommande la lecture du billet d’Olivier Ezratty sur le sujet des grandes écoles et l’innovation. Il analyse et ajoute des commentaires personnels au livre de Pierre Veltz: “Faut-il sauver les grandes écoles“. A voir aussi les commentaires du billet dans lesquels il y a aussi quelques liens complémentaires.


La réforme des grandes écoles et des universités est un sujet qui m’intéresse depuis longtemps. Je suis clairement en phase avec la plupart des points. Et je livre ici quelques pensées purement personnelles et qui ne saurait engager Microsoft.


Ce qui m’attriste le plus dans notre système d’enseignement supérieur c’est le manque de réactivité. La plupart des problèmes ne sont pas nouveaux et personne ne semble vouloir changer les choses à un niveau politique suffisamment élevé. Et quand au niveau d’une école un directeur courageux avec ses enseignants décident de changer les choses, le soutient des étudiants s’en va et celui de l’administration avec. Dur de voir tous les étudiants dans la rue dès que l’on touche aux frais de scolarité et à quoi que ce soit. Dur de voir que ceux qui sont sensés être les plus ouverts et progressistes sont dans la grande majorité les moins à même de bouger.


Je suis triste également de voir ces entités microscopiques que sont les grandes écoles se battre entre elles et se livrer la guerre sur le territoire français alors que la guerre des talents est internationale. Ce n’est pas Centrale contre Mines ou Arts et Métiers, c’est la France contre les Etats-Unis, la Chine, l’Inde et tous les autres pays. Que vaut un des diplômes de ces grandes écoles à l’international ? Rien. Personne ne connait. Comment attirer les talents alors ? En se regroupant, en arrêtant la guéguerre entre écoles et entre écoles et université.


Triste aussi de voir la diversité disparaître. De voir de moins en moins d’étudiants issus de milieux défavorisés arriver dans ces écoles. Pourquoi notre système présenté par nos intellectuels littéraires comme le meilleur et le plus égalitaire du monde est-il devenu le plus inégalitaire du monde (ou presque) ? Le tout avec des études qui ne coûtent rien. Tout simplement parce que des lois économiques sont là pour le rappeler régulièrement, quand on n’a pas de moyen, on ne fait rien. Et ce n’est pas l’état qui va encore donner plus, c’est plutôt aux étudiants (à travers des empreints pour financer des études payantes) et des fonds d’entreprises (à condition que cela rapporte un minimum en recherche, recrutement ou autre) que l’on arrivera à avoir plus d’argent. Dur de voir que les étudiants issus du milieu ouvrier sont passés de 25% il y a 15 ans dans les grandes écoles à moins de 5% aujourd’hui…


Et il y a encore plein d’autres choses qui m’attristent mais arrêtons là 🙂


C’est clairement tout un système qu’il faut avoir le courage de remettre à plat et de revoir.


Je suis d’autant plus à l’aise à critiquer ce système que j’ai fait l’ENSAM (Arts et Métiers) que je suis issus d’un milieu classe moyenne et que mes parents m’ont financés une partie de mes études. Pour le reste, j’ai bossé quand j’étais étudiant, pendant mon temps libre et mes congés pour me payer le reste. J’ai continué mes études et j’ai fait un master en marketing et communication à l’ESCP. Pour le financer, j’ai fais un empreint à ma banque. J’ai aussi passé 4 mois à l’université polytechnique de Montréal et 2 mois de stages dans la Silicon Valley. Au final, je ne me plains pas.


Bonne chance à tous ceux qui voudront réformer tout cela. Et pour finir sur une notre positive, je salue les réformes en cours au sein de l’Université Paris VI (Jussieu) pour remettre à plat tous les enseignements, jouer la carte LMD à fond et la compétition mondiale. Il y a de la motivation, de l’envie et clairement une vision. Encore beaucoup de freins mais les choses bougent.


Alors bravo à tous ceux qui fond bouger les choses dans le bon sens.

Comments (0)

Skip to main content