Les dictionnaires d’exclusion d’Office 2007 dans Language Tech News


J’avais écrit un billet, il y a quelques mois, sur la façon dont on peut enlever un mot du dictionnaire principal du correcteur orthographique d’Office. Ce billet était publié sur l’autre blog de notre Natural Language Group, auquel je contribue régulièrement. L’éditeur de Language Tech News, une publication de la Language Technology Division de l’American Translators Association (ATA), a souhaité reproduire ce billet dans le tout dernier numéro de cette publication (vol.2, No.4, February 2009). Outre les détails plus techniques sur la méthode à utiliser pour utiliser les « dictionnaires d’exclusion » d’Office 2007 (une question qui revient épisodiquement sur les forums de discussion), c’était l’occasion de montrer comment les nouveaux correcteurs contextuels d’Office 2007 réduisent le besoin que ressentent certains utilisateurs d’enlever certains mots du lexique de leur correcteur.


Ce numéro de Language Tech News contient également quelques articles intéressants sur la gestion de la terminologie et sur les avancées récentes en matière de traduction automatique, notamment sur la traduction automatique basée sur les méthodes statistiques (il est d’ailleurs intéressant de lire « Perhaps the most successful MT application in the world today, the Microsoft Knowledge Base, used by hundreds of millions of users across the globe, is mostly a SMT-based effort » – je traduis « La réussite la plus spectaculaire en matière de traduction automatique aujourd’hui est peut-être la Base de Connaissances de Microsoft, qui est utilisée par des centaines de millions d’utilisateurs de par le monde et qui est principalement basée sur un système de traduction automatique statistique).


Thierry Fontenelle (Microsoft Natural Language Group – Program Manager)

Comments (2)

  1. "La réussite la plus spectaculaire en matière de traduction automatique aujourd’hui est peut-être la Base de Connaissances de Microsoft…"

    et bien voyons !!!!

    Cela montre la direction prise par Microsoft : la traduction est un cout qu’il faut réduire, en privilégiant le quantitatif au détriment du qualitatif : si le nombre d’utilisateurs de la KB traduite est élevé, c’est que Microsoft l’impose, rendant du coup la KB inutile (au mieux) voire ridicule et méprisante (avez vous déja essayé de lire un article traduit ???)

    Laurent Gébeau