La réforme de l’orthographe française dans la presse québécoise


 


Pour les lecteurs de ce blog s’intéressant à la réforme de l’orthographe en français, deux articles publiés récemment dans la presse québécoise traitent de la progression, lente mais constante et inéluctable, de l’orthographe rectifiée recommandée par l’Académie Française. Les deux articles dressent un panorama de l’adoption graduelle de ces formes nouvelles par les enseignants et la presse au Canada, en France, en Suisse et en Belgique. Ils citent tous deux Chantal Contant, du Groupe québécois pour la modernisation de la norme du français, et donnent la liste des dictionnaires et des outils de vérification linguistique qui intègrent les formes rectifiées. Le correcteur orthographique français d’Office figure au nombre des outils qui ont intégré ces nouvelles formes à 100%.


 


Chantal Contant fait valoir que certains dictionnaires, tels le Hachette, le Littré et le Bescherelle, ont adopté intégralement les rectifications, tout comme les logiciels de correction Antidote, Myriade, ProLexis, Cordial et le correcteur de Word.


 


(L’Actualité, no. Vol: 32 No: 16, 15 octobre 2007, p. 70: Débat – Le français frisote)


Du côté des ouvrages de référence, Le Petit Robert et Le Petit Larousse sont plus réticents que le dictionnaire Hachette, le Nouveau Littré, les correcteurs Antidote, ProLexis et Word, ou les grammaires Bescherelle et Grevisse, qui intègrent 100 % des changements.


(Le Devoir, LES ACTUALITÉS, mardi 2 octobre 2007, p. A4 : Rectifications de l’orthographe


Les graphies font peu à peu leur chemin)


 


 


J’ai déjà parlé à plusieurs reprises des 3 options offertes aux utilisateurs d’Office 2007. Rappelons que les nouveaux programmes scolaires du Ministère français de l’Education Nationale s’inscrivent «dans le cadre de l’orthographe rectifiée» depuis 2007, ce qui signifie que les enseignants sont invités non seulement à ne pas considérer les formes rectifiées comme incorrectes, mais aussi à les enseigner.


 


Thierry Fontenelle


Microsoft Natural Language Group


Comments (3)

  1. Eva Almassy says:

    Une série d’articles, jadis parues dans l’Autre journal, sur les réformes successives, et c’est pas triste !

    " Ambroise Firmin Didot, imprimeur-libraire de l’Académie française, d’illustre lignée typographique et dont le père, Firmin Didot, au moment de quitter la carrière, aurait voulu qu’on écrivît filosofe à la manière – hésitante (aussi bien : philosofe) – de Voltaire. Promoteur lui-même de modifications (alfabet, éléfant, enfanse, fénomène, frase, profète…), Ambroise établit d’ailleurs la liste des systèmes publiés à partir de Lesclarcissement de la langue francoyse (1530), langue dont la seule grande tradition est la réforme de l’orthographe."

    http://libellules.blog.lemonde.fr/2007/12/05/l%e2%80%99orthographe-l%e2%80%99ornithorynque/

  2. wido says:

    j’amais les distances ont eté capable de me fair oublié ce que j’aime

  3. Le projet de réforme de l’orthographe proposé par Ortograf-fr (ne pas confondre avec Ortograf.net) est fondé sur la création préalable d’un alphabet phonétique français, lui même situé dans le cadre beaucoup plus vaste d’un alphabet gréco-latin universel.

    Les documents au format pdf pour montrer les graphismes correspondants s’obtiennent facilement en mettant les mots-clés judicieux dans un moteur de recherche, ou bien en consultant le site ci-dessus, c’est à dire alfograf.net, à la rubrique "Ecritures alfograf"

    .

Skip to main content