Le nouveau correcteur orthographique français d’Office 2003 et la réforme de l’orthographe


[Click here for the English version of this post]


 



Certaines personnes nous ont demandé pourquoi le nouveau correcteur orthographique français inclus dans le Service Pack 2 d’Office 2003 ne souligne plus un certain nombre de formes qui étaient considérées comme fautives par le correcteur précédent. Il va de soi que la réforme de l’orthographe n’a pas été « inventée » par Microsoft, mais il m’a néanmoins semblé intéressant de donner ici un bref aperçu des changements, surtout pour ceux qui ne sont pas familiarisés avec cette réforme. Je voudrais donc rappeler les principes fondamentaux qui sous-tendent cette réforme (la plupart des linguistes parlent en fait plus de rectifications orthographiques que de réforme).


 


Les textes officiels sont très clairs sur la question: tant l’orthographe traditionnelle (l’ancienne orthographe) que la nouvelle orthographe sont considérées comme correctes. Le texte officiel précise : “aucune des deux graphies ne peut être tenue pour fautive » (Dictionnaire de l’Académie française (9e édition) dans les fascicules du Journal officiel, depuis le 22.05.93.). En France, au Canada et en Belgique, par exemple, les enseignants sont invités à considérer les anciennes et les nouvelles formes comme correctes. Ceci explique pourquoi le paramètre par défaut du nouveau correcteur que nous avons lancé en avril 2005 (et qui est inclus dans le SP 2 d’Office 2003) correspond précisément à la configuration permettant d’accepter tant les anciennes graphies que les nouvelles.


 


On notera que les changements concernent environ 2.000 mots (soit environ 20.000 formes fléchies). Le tableau suivant illustre quelques-uns de ces changements.


 

















































Orthographe traditionnelle (ancienne)


‘Nouvelle’ orthographe


brûler


bruler


accroître


accroitre


aiguë


aigüe


ambiguë


ambigüe


apparaître


apparaitre


chaîne


chaine


contre-attaquer


contrattaquer


géreras


gèreras


suggérerait


suggèrerait


porte-monnaie


portemonnaie


penalties


pénaltys


ruisselle


ruissèle


whiskies


whiskys


matches


matchs


 


Comme on peut le constater, les changements concernent principalement l’accent circonflexe, qui disparait (ou disparaît) dans un certain nombre de mots tels que connait, disparait, bruler, cout, enchainer, la concaténation de certains mots qui étaient unis par un trait d’union, l’utilisation des accents ou la disparition de certains pluriels irréguliers pour des emprunts qui se comportent désormais comme n’importe quel nom français prenant -s au pluriel. (whiskys, matchs, gentlemans…). L’utilisation des accents correspond aussi à la prononciation réelle des mots (ce qui explique que l’on recommande désormais d’écrire gèreras ou opèrerai, avec un accent grave plutôt que l’accent aigu de géreras ou d’opérerai).


 


Plusieurs sites donnent des listes plus ou moins exhaustives des mots touchés par ces rectifications orthographiques. J’ai déjà mentionné le site Orthographe Recommandée, mis en place par le “groupe de modernisation de la langue française”, qui a décerné à notre correcteur un label de qualité. On peut également trouver sur la Toile des descriptions très intéressantes (et plus complètes qu’ici) de ces changements, par exemple ici, sur le site de l’Académie Française, ou encore ici.


 


A l’inverse de la réforme de l’orthographe allemande, de nature binaire (on décide d’appliquer la nouvelle orthographe ou pas), la réforme de l’orthographe française permet plus de souplesse puisque toutes les autorités linguistiques s’accordent sur le fait que les anciennes et les nouvelles graphies doivent être considérées comme correctes. Cela signifie que personne ne peut vous blâmer si vous décidez d’utiliser “bruler” (nouvelle graphie) dans un texte et “connaître” (ancienne graphie) un peu plus loin dans le même texte. Pour les personnes qui souhaitent toutefois être cohérentes ou qui ne souhaitent utiliser qu’un seul système orthographique (par exemple uniquement les nouvelles graphies), nous offrons la possibilité d’installer une boîte (ou boite) de dialogue très simple, comportant trois options. On peut la télécharger ici:


 




 


Ces trois options vous permettent :


(a)   d’appliquer uniquement l’orthographe traditionnelle (= les anciennes graphies) (ce qui signifie que les nouvelles graphies seront soulignées en rouge) ;


(b)   d’appliquer uniquement l’orthographe rectifiée (= la nouvelle orthographe) (ce qui signifie que les ‘anciennes’ graphies seront soulignées en rouge);


(c)    de considérer les anciennes graphies et les nouvelles graphies comme correctes (c’est en fait l’option par défaut).


 


Le thesaurus (dictionnaire de synonymes) utilise également ces options et adapte l’orthographe des suggestions qu’il propose à l’option choisie par l’utilisateur.


 


Nous espérons que ces options seront utilisées par les enseignants qui souhaitent enseigner les nouvelles règles et la philosophie de ces changements. Il est aisé d’imaginer que l’enseignant rédige un texte en appliquant les règles de l’orthographe traditionnelle et sélectionne l’option ‘orthographe rectifiée’, ce qui provoquera l’apparition des lignes ondulées rouges sous les formes ‘anciennes’. Il suffirait de demander à l’élève de corriger le texte en l’adaptant à la nouvelle orthographe. Je suis personnellement convaincu que l’outil peut se révéler être un moyen pédagogique puissant pour enseigner ces rectifications aux personnes qui ne les connaissent pas. Les enseignants (de même que les très nombreuses autres personnes) qui ont téléchargé le correcteur semblent apprécier ces trois options et les linguistes à qui j’ai eu l’honneur de présenter ce nouvel outil étaient très heureux de constater que Microsoft avait décidé de développer ce nouveau correcteur pour tenir compte de l’évolution de la langue française. Notre langue, comme toutes les autres langues, a évolué et évolue constamment. Nous nous devions donc de fournir à nos utilisateurs (enseignants, étudiants, journalistes, ou tout simplement toute personne amenée à rédiger des textes en français), un outil de correction linguistique souple répondant à leurs besoins.


 


Dans quelques jours, je reviendrai sur un autre aspect nouveau de notre correcteur, à savoir la prise en compte de la féminisation des noms de métiers…


 


Thierry Fontenelle [MSFT]


Microsoft Speech & Natural Language Group


 

Comments (32)

  1. C’est merveilleux, cette nouvelle orthographe : logique, sage et limitée, tout en permettant de réduire des anomalies de l’orthographe du français. Et vous l’expliquez très bien. Félicitations à Microsoft d’avoir intégré dans son correcteur ces changements officiels approuvés par les instances francophones compétentes en la matière. Vous rendez service aux francophones. Tous ceux qui veulent en savoir plus sur les rectifications de l’orthographe et recevoir de l’information périodique à ce sujet (tous les amoureux de la langue, les enseignants, les rédacteurs, etc.) peuvent écrire à gqmnf@renouvo.org, un groupe bénévole du Réseau international pour la nouvelle orthographe du français. C’est gratuit. Moi, j’écris maintenant en appliquant les règles recommandée de la nouvelle orthographe.

  2. Bonjour, je viens de rédiger un billet sur mon blog dans lequel je parle de votre travail que je respecte pour sa qualité et sa sincêrité même si je trouve dommage qu’il ne profite qu’aux utilisateurs fortunés 😉 !

    Puis-je me permettre de le copier ici :

    Dernièrement (je suis obligé d’écrire cela, fait déjà quelques temps), Jean véronis s’amusait avec les correcteurs orthographiques. Il s’interrogeait sur le manque de recherche en matière de correcteur orthographique. Thierry fontenelle, employé chez Microsoft, dans un commentaire, expliqua que Microsoft investissait dans ce secteur. J’ai pu ainsi découvrir le blog Microsoft dédié au correcteur d’orthographe francophone pour la suite bureautique propriétaire qui nous subissons tous, du moins au travail.

    En allant sur ce blog, j’ai découvert plusieurs choses. d’abord, je découvre qu’il y a une nouvelle orthographe française et ce depuis 1990 sous l’impulsion de Michel Rocard. Et je n’étais pas au courant, gloups! L’information a du mal passer auprès de la France d’en bas et dans les cours de classe. Ou alors, je n’ai pas regardé assez la télé. Bref, notre langue se modernise et c’est une bonne nouvelle.

    Le second étonnement vient du fait que Microsoft paye des linguistes pour mettre au point des outils pour aider à l’orthographe. Je salue cette société d’engager des chercheurs pour mettre au point des outils performants d’aide. L’argent reste un bon moyen pour faire avancer le chmilblick! C’est donc une excellente chose pour les possesseurs de la suite office (Word et compagnie) sauf que cela me pose des problèmes. Cette suite est chère mais bon après tout on est dans un pays libre. Ce qui me gêne, surtout, c’est que l’on parle de l’école, de l’enseignement et de l’état finalement. Comme si c’était naturel d’avoir Word sur son ordinateur. Acceptons encore le coté pédagogique et mettons de coté le prix plus bas pour les écoles. Mais le format fermé de Word et la dépendance à son unique éditeur, on en fait quoi. Est ce normal de ne pas pouvoir lire complètement ses fichiers avec un autre éditeur comme OpenOffice.org. Est ce normal et surtout raisonnable d’apprendre aux élèves qu’une seule façon de voir les éditeurs de textes à travers Word. L’utilisation de ce logiciel et l’emploi de ce format de fichier fermé est néfaste car le choix n’existe plus.

    Pour autant, je salue le travail qui est fait par Thierry fontenelle et son équipe de linguiste. J’aurais quand même quelques questions à leur poser. Outre le fait qu’il faille gagner son pain tous les jours, chose que je respecte infiniment, cela leur pose-t-il des problèmes de penser qu’ils bossent pour une firme qui use et abuse de son monopole pour enfermer ses utilisateurs et pour faire du chantage à des nations. J’aurais applaudit si leur travail avait pu être adapté sur d’autres éditeurs. Cela ne me dérangerais aucunement de payer pour un correcteur d’orthographe performant.

    Enfin, petite consolation, je serais heureux de savoir que Thierry fontenelle travaille dans ses moments perdus pour un super correcteur d’orthographe pour OpenOffice.org 🙂 .

  3. MSDNArchive says:

    Bonjour,

    Et merci pour votre réaction. Je suis évidemment heureux de lire que vous appréciez la qualité de notre travail et la sincérité de nos billets.

    Il m’est difficile de rentrer dans cette polémique sur l’entreprise pour laquelle je travaille, étant donné que je suis surtout un passionné de la langue (ma langue maternelle, mais aussi les autres). C’est certainement cela qui m’a poussé à accepter ce poste pour participer au développement d’outils linguistiques, de repousser les frontières de l’informatique et de la linguistique et de tenter de découvrir jusqu’où on peut aller en fournissant à l’utilisateur des outils utiles et performants.

    Vous abordez le prix du correcteur. Je rappelle ici qu’il est mis gratuitement à la disposition des utilisateurs de notre suite Office qui souhaitent le télécharger. Vous objecterez qu’il faut pour cela avoir la suite Office, mais, puisque vous parlez d’enseignement, je rappellerai que les enseignants et les étudiants bénéficient de remises de prix plus que substantielles et très avantageuses. Je tiens simplement à rappeler ici que le développement de ce genre d’outils nécessite des investissements considérables et que la qualité ne s’obtient pas en travaillant sur ce genre de projets en dilettante, entre 18h et 20h pendant quelques semaines. Je travaille dans ce domaine depuis près de 20 ans et je sais que le développement de ressources linguistiques est un énorme problème auquel sont confrontés tous ceux qui s’intéressent au traitement automatique du langage naturel. On ne peut le confier à des gens inexpérimentés. En ce sens, j’avoue être toujours un peu étonné qu’on attende d’un logiciel de qualité qu’il soit gratuit. Pour rester dans le domaine qui nous préoccupe ici, quand mes enfants vont à l’école, je leur achète un "Petit Larousse" et un "Petit Robert" parce que ces outils sont de qualité et qu’ils ont été produits par des spécialistes, des lexicographes expérimentés qui connaissent leur métier. Personne ne semble s’étonner de devoir payer pour un très bon dictionnaire (ou pour une calculatrice, un autre outil vital). Vous l’avouez d’ailleurs paradoxalement en précisant que « cela ne vous dérangerait aucunement de devoir payer pour un correcteur orthographique performant ». Il va de soi que la suite Office offre bien plus que ce correcteur orthographique performant, mais lire dans les réactions (nombreuses) de nos utilisateurs que notre outil est considéré comme performant et très utile nous encourage bien sûr à poursuivre nos efforts.

    Pour la dernière suggestion, le volontariat me tient beaucoup à cœur. Depuis plusieurs années, je suis actif au sein de l’Association Européenne de Lexicographie, Euralex, dont le but est précisément d’étudier et d’améliorer les dictionnaires. C’est une association scientifique où se côtoient les chercheurs universitaires et les lexicographes issus des plus grandes maisons d’édition du monde entier. Nous servons tous une même cause, l’amélioration de nos outils et le progrès de la science en matière de lexiques et d’ouvrages de références. Le progrès scientifique passe par le brassage des connaissances et des idées (du choc des idées jaillit l’esprit, n’est-ce pas ?). Je connais bien le monde universitaire et le domaine de la recherche fondamentale (ainsi que celui de l’enseignement, une autre de mes passions). Sans cette recherche fondamentale, nous ne sommes rien et nous avons besoin des chercheurs pour faire progresser nos connaissances. Les prototypes et les théories élaborés dans les labos universitaires sont cruciaux à cet égard. Mais le passage du prototype à un outil robuste et de qualité, prenant en compte des myriades de cas jugés souvent inintéressants par le chercheur, nécessite des efforts et des investissements (en développement et en test) qui, à mon humble avis, sont difficilement compatibles avec la tentation de croire que l’on peut atteindre le même résultat en y travaillant « à ses moments perdus ».

    Bien à vous,

    Thierry Fontenelle [MSFT]

    Microsoft Speech & Natural Language

  4. Bonjour Thierry

    Je ne sais pas trop comment ma réponse à votre réponse va sortir sur ce blog. Il n’est pas très pratique, soi dit en passant, puisqu’on ne maitrise pas la mise en forme de ce que l’on écrit. J’espère que le résultat sera clair sinon vous pouvez toujours aller à ce lien http://www.mahtribu.net/aroblog/index.php?2005/11/06/134-reponse-de-la-reponse– 🙂 .

    Tout d’abord, à moi de vous remercier d’avoir pris le temps de me répondre. Cela montre encore une fois votre ouverture d’esprit et votre sincêrité chose qui manque terriblement aux dirigeants de votre société mais cela est une autre histoire 🙂 .

    Il m’est difficile de rentrer dans cette polémique sur l’entreprise pour laquelle je travaille, étant donné que je suis surtout un passionné de la langue (ma langue maternelle, mais aussi les autres). C’est certainement cela qui m’a poussé à accepter ce poste pour participer au développement d’outils linguistiques, de repousser les frontières de l’informatique et de la linguistique et de tenter de découvrir jusqu’où on peut aller en fournissant à l’utilisateur des outils utiles et performants.

    C’est bien ce que l’on ressent lorsqu’on vous lit. Rien à dire la dessus. Je comprend votre situation, c’est exactement comme ces créatifs qui travaillent chez Disney à repousser les limites de l’animation et de la narration jouissant de moyens extraordinaires. J’objecterais que les seuls moyens financiers ne suffisent pas seulement et pas toujours.

    Vous abordez le prix du correcteur. Je rappelle ici qu’il est mis gratuitement à la disposition des utilisateurs de notre suite Office qui souhaitent le télécharger. Vous objecterez qu’il faut pour cela avoir la suite Office, mais, puisque vous parlez d’enseignement, je rappellerai que les enseignants et les étudiants bénéficient de remises de prix plus que substantielles et très avantageuses.

    Je ne veux pas polémiquer la dessus mais reconnaissez qu’en situation de monopole sur les éditeurs de texte, la société pour lequel vous travaillez à beau jeu de proposer des prix pour l’enseignement sachant que le format de ses fichiers est fermé. Les utilisateurs sont captifs mais encore une fois cela est en partie une autre histoire.

    Je tiens simplement à rappeler ici que le développement de ce genre d’outils nécessite des investissements considérables et que la qualité ne s’obtient pas en travaillant sur ce genre de projets en dilettante, entre 18h et 20h pendant quelques semaines.

    Je suis conscient que l’argent est le nerf de la guère mais je trouve votre vision du développement sous licence libre, de type GPL ou autre, un peu réductrice 🙂 . De la même façon que vous, il y a des gens passionnés de ce coté aussi!

    Je travaille dans ce domaine depuis près de 20 ans et je sais que le développement de ressources linguistiques est un énorme problème auquel sont confrontés tous ceux qui s’intéressent au traitement automatique du langage naturel. On ne peut le confier à des gens inexpérimentés. En ce sens, j’avoue être toujours un peu étonné qu’on attende d’un logiciel de qualité qu’il soit gratuit.

    Je suis en complet accord avec vous

    Pour rester dans le domaine qui nous préoccupe ici, quand mes enfants vont à l’école, je leur achète un "Petit Larousse" et un "Petit Robert" parce que ces outils sont de qualité et qu’ils ont été produits par des spécialistes, des lexicographes expérimentés qui connaissent leur métier. Personne ne semble s’étonner de devoir payer pour un très bon dictionnaire (ou pour une calculatrice, un autre outil vital).

    Pardonnez moi mais jusqu’à présent je peux acheter un petit Larousse dans n’importe quel magasin et c’est un bien matériel qu’il a fallu réaliser en mettant en jeu des forces de la nature. L’oeuvre logiciel est une oeuvre de l’esprit dont la duplication représente un coût marginal. Et quand bien même je voudrais acquérir le dit logiciel, je ne pourrais le faire puisque je ne dispose pas de l’OS idoine. C’est comme si j’étais obligé d’aller dans tel magasin et pas dans les autres pour l’acheter et pour pouvoir l’utiliser. Les dictionnaires papiers sont un format totalement transparent puisque je ne suis pas obligé d’être dans un "magasin" particulier pour l’utiliser 😉 .

    Vous l’avouez d’ailleurs paradoxalement en précisant que « cela ne vous dérangerait aucunement de devoir payer pour un correcteur orthographique performant ».

    Encore une fois, je ne vois pas en quoi c’est paradoxal. Je ne vois aucune raison particulière pour me soustraire au paiement de tel ou tel logiciel sous prétexte que c’est un logiciel et de surcroit sur internet. Ce que je sais c’est qu’il faut de l’argent pour développer et faire des choses. Si je veux qu’elle dure, il faut que je le paie d’une manière ou d’une autre encore faut il avoir le choix. Avec le monopole de Microsoft, je n’ai pas ce choix.

    Pour la dernière suggestion, le volontariat me tient beaucoup à cœur. Depuis plusieurs années, je suis actif au sein de l’Association Européenne de Lexicographie, Euralex, dont le but est précisément d’étudier et d’améliorer les dictionnaires. C’est une association scientifique où se côtoient les chercheurs universitaires et les lexicographes issus des plus grandes maisons d’édition du monde entier. Nous servons tous une même cause, l’amélioration de nos outils et le progrès de la science en matière de lexiques et d’ouvrages de références. Le progrès scientifique passe par le brassage des connaissances et des idées (du choc des idées jaillit l’esprit, n’est-ce pas ?). Je connais bien le monde universitaire et le domaine de la recherche fondamentale (ainsi que celui de l’enseignement, une autre de mes passions). Sans cette recherche fondamentale, nous ne sommes rien et nous avons besoin des chercheurs pour faire progresser nos connaissances. Les prototypes et les théories élaborés dans les labos universitaires sont cruciaux à cet égard. Mais le passage du prototype à un outil robuste et de qualité, prenant en compte des myriades de cas jugés souvent inintéressants par le chercheur, nécessite des efforts et des investissements (en développement et en test) qui, à mon humble avis, sont difficilement compatibles avec la tentation de croire que l’on peut atteindre le même résultat en y travaillant « à ses moments perdus ».

    Enfin, je suis admiratif de votre travail hors sphère de la société qui vous emploie. Je comprend aussi que le travail est long et ardu et qu’il nécessite plus que "des moments perdus" 😉 , expression malheureuse, je l’avoue, pour exprimer un travail philanthropique se faisant hors de la sphère de celui rémunéré 🙂 .

  5. Bonjour Thierry (je commence à être un habitué de ce blog moi 🙂 ),

    Voici quelques erreurs bien dérangeantes pour l’utilisateur lambda / quelques questions que j’ai relevées pendant mon utilisation du SP2 d’Office :

    – la première est le remplacement automatique du correcteur orthographique de Word. Quoi de plus énervant quand on écrit en orthographe rectifiée de voir son texte disparait transformé automatiquement en disparaît (valable avec –paraître et connaître d’après mes premiers tests) et souligné donc si l’on a choisi orthographe rectifiée uniquement ? Pareil pour ambiguë, pour chariot.

    – Qu’en est-il de méhalla qui est souligné par le correcteur. Avez-vous passé au crible du correcteur les listes de mots diffusées par Renouvo ou d’autres associations ?

    Encore bravo pour cet excellent travail,

  6. MSDNArchive says:

    Bonjour Benjamin,

    Merci pour ces commentaires très constructifs. Effectivement, « méhalla » est souligné par le correcteur. Je confirme que nous avons passé au crible du correcteur les diverses listes de mots touchés par la réforme. Comme l’ancienne orthographe de ce mot (extrêmement peu fréquent dans nos corpus et rarement mentionné dans les dictionnaires traditionnels, mis à part le TLF) ne se trouvait pas dans notre dictionnaire, la nouvelle orthographe n’a pas été ajoutée non plus. Je le note pour une prochaine version, bien sûr. En attendant, les utilisateurs qui souhaitent employer ce mot peuvent l’ajouter à leur dictionnaire personnel (en cliquant sur le mot avec le bouton droit de la souris et en choisissant de l’ajouter au dictionnaire). Je tiens juste à mentionner un petit problème potentiel : une brève analyse de l’emploi de ce mot dans nos corpus et sur le web montre que Mehalla est plus souvent employé comme nom propre que comme nom commun signifiant colonne expéditionnaire. Je ne pense pas que l’on souhaite corriger toutes les occurrences de Mehalla (nom propre) en méhalla (ou Méhalla) avec accent. Rien n’est jamais facile, comme on le sait et il y a toujours des compromis à trouver…

    Pour la première question, oui, effectivement, il faut modifier le fichier des corrections automatiques qui corrige automatiquement ces mots. La procédure est décrite ici dans la base de connaissances : <a rel="nofollow" target="_new" href="http://support.microsoft.com/default.aspx?scid=kb;fr;892262#3a1">http://support.microsoft.com/default.aspx?scid=kb;fr;892262#3a1</a&gt;

    Cela permettra de ne plus voir les mots « disparait » ou « connait » transformés automatiquement en « disparaît » ou « connaît ». Les raisons pour lesquelles ce fichier n’a pas été mis à jour lors de l’installation du nouveau correcteur sont expliquées dans l’article (nous ne voulions pas provoquer de perte de données si un utilisateur a enrichi sa propre liste de corrections automatiques).

    J’espère que ceci sera utile.

    Encore merci !

    Thierry

    Thierry Fontenelle [MSFT]

    Microsoft Speech & Natural Language Group

  7. Oui, mais le problème de les supprimer de la liste de correction automatique renverse la question. Je m’explique :

    Si on supprime ces corrections automatiques, on les supprime autant pour l’orthographe réformée (et c’est tant mieux) que pour l’orthographe traditionnelle (et là, c’est dommageable).

    Cordialement,

    Benjamin

  8. MSDNArchive says:

    Tout à fait d’accord, Benjamin. Mais il est techniquement impossible de lier les corrections automatiques aux paramètres relatifs à la réforme (les corrections automatiques sont totalement indépendantes du correcteur, elles sont gérées par Word directement et cela signifierait un changement fondamental d’architecture pour permettre de charger deux fichiers ACL distincts de corrections automatiques). Puisque, par défaut, les deux orthographes sont valables, ne pas avoir de correction automatique pour "disparait -> disparaît" n’est pas un problème. Si l’on choisit l’ancienne orthographe par défaut, ce n’est pas un problème non plus si on écrit "disparait", puisque c’est correct. Si on choisit la nouvelle orthographe uniquement comme paramètre, le mot "disparait" sera simplement souligné; il ne sera plus automatiquement corrigé en "disparaît" comme précédemment, mais la "faute" est toujours signalée à l’utilisateur qui voit la correction dans la liste des suggestions. Le correcteur joue donc toujours son rôle dans tous les cas.

    Cordialement,

    Thierry

    Thierry Fontenelle [MSFT]

  9. DRO says:

    "Il peu faire"

    Ou

    "Il me semble pour le moment que le mode le moins bloquant et de travailler" pas de correction "est" ni "peut".

    "Word SP2 + installation FrRéform.exe" toujours pas de correction pour ce type de faute.

    Comment rendre réellement Word performant sur la grammaire.

    Il est ou le problème ?

    http://www.orthographe-recommandee.info/

    Il est ou label

    Merci pour l’aide.

  10. MSDNArchive says:

    Bonjour,

    Merci pour ces commentaires. Ils concernent effectivement le correcteur grammatical, pas le correcteur orthographique. Comme vous le savez sans doute, aucun correcteur ne peut repérer toutes les fautes possibles (et ceux qui en repèrent beaucoup plus ont aussi souvent tendance à se tromper très souvent dans leur jugement). La base d’un correcteur grammatical est un analyseur syntaxique. Dans le cas de « il peu faire », comme « peu » n’est pas une forme conjuguée du verbe « pouvoir », mais un adverbe, le problème est d’ordre contextuel et l’analyseur syntaxique est d’une utilité relative. Nous travaillons sur la question pour ces problèmes de correction contextuelle.  Nous avons sorti un correcteur grammatical beaucoup plus performant que le précédent, en ce sens qu’il repère beaucoup plus de fautes qu’auparavant tout en gardant sa haute précision : vous trouverez des exemples des constructions représentatives des erreurs les plus fréquentes qu’il corrige sur l’excellent site de Jean Véronis, de l’Université d’Aix-en-Provence : http://aixtal.blogspot.com/2005/10/ortograf-repart-chez-microsoft.html . Il a consacré un billet très intéressant sur la question, en notant que le correcteur avait été fortement amélioré. Cela dit, il reste encore beaucoup à faire, vu les myriades d’ambigüités que recèle la langue (le problème du « et/est » est du même ordre contextuel). Comme Jean Véronis le souligne à juste titre, il est difficile d’améliorer les choses sans augmenter les fausses alertes, mais nous travaillons sur ces questions.

    S’agissant du label de qualité, le site http://www.orthographe-recommandee.info/ a une section consacrée aux quelques produits qui ont obtenu ce label, dont le correcteur de Microsoft Office (dernière rubrique, « Label de qualité », sur leur page d’accueil, au bas du gros logo rouge). Voir aussi ici: http://office.microsoft.com/fr-fr/assistance/HA011882161036.aspx

    Merci pour votre intérêt,

    Thierry Fontenelle [MSFT]

    Microsoft Speech & Natural Language group

  11. carole says:

    recherche

  12. &amp;nbsp;

    J’&#233;tais il y a quelques jours au congr&#232;s de l’ACFAS &#224; Montr&#233;al, o&#249; je participais au symposium…

  13. J’apprends par l’interm&#233;diaire du Groupe qu&#233;b&#233;cois pour la modernisation de la norme du fran&#231;ais que…

  14. marcout says:

    nouveau correcteur d’orthographe français

  15. jeannine says:

    correcteurorthographiqueoffice

  16. Congratulations, the langue is a value.  I am a cuban scientist, permanent resindent in USA. Here the linguistics is descriptive. But I am preparing a Responsible Tourim Dictionary. Please, let me know some french mother-tongue Professional with your approach. I am asking for a person to be RTD’s coauthor.

    Greetings, Andres    

  17. [An English version of this post is available here, on the Microsoft Office Natural Language team blog]…

  18. &amp;nbsp;

    Romain Muller, membre du Groupe de modernisation de la langue et directeur de publication du…

  19. Lessard Brigitte says:

    Erika vous remercies pour la beau présent que vous lui avez donner.

  20. J’apprends par l’intermédiaire du GQMNF (Groupe québécois de modernisation de la norme du français) que

  21. C says:

    MON REVE ENTEN QU’AGENT SSIAP1 EST DE TRAVALLER DANS VOUTRE SOCIETE

  22. Romain Muller, membre du Groupe de modernisation de la langue et directeur de publication du site http://www.orthographe-recommandee.info

  23. J’apprends par l’intermédiaire du Groupe québécois pour la modernisation de la norme du français que

  24. J’étais il y a quelques jours au congrès de l’ ACFAS à Montréal, où je participais au symposium sur la

  25. Bravo à Marité Duponcheel, de Ham-sur-Heure… ! Elle a remporté il y a quelques jours la finale de la

  26. La question posée récemment par Benjamin Nizet est peut-être passée inaperçue parce qu’elle apparaissait

  27. BOULOU MOH says:

    je desir recevoire le dictionnaire de correcteur d’ortograf .

  28. MSDNArchive says:

    Le dictionnaire est inclus dans le correcteur orthographique français livré par défaut avec votre version d’Office (je présume que vous avez Office 2003 ou Office 2007, n’est-ce pas ?).

    Thierry [MSFT]

  29. Voici une nouvelle qui intéressera les enseignants. Les programmes scolaires 2008-2009 du Ministère français

  30. florence says:

    5 ans d’expérience

    polyvalente,je m’investi dans mon travail, j’aime que mes dossiers soient menés à bien et à terme

  31. natalia says:

    c’ est pas facil  d’ etre bonne mere

  32. moh says:

    salut on faite j’ansiste pour savoire ta reponse sur le meme sujet  </p><p> je aimrai bien la savoire avant tout