Récap du Keynote d’ouverture de la PDC’08 de Los Angeles : Windows Azure !


Le moins qu’on puisse dire : c’est qu’on attendait des annonces majeures pour cette édition 2008 de la Conférences des Développeurs Professionnels sur plate-forme Microsoft, et que pour le moment, on n’est pas déçus !


Voici un récapitulatif en Français des annonces de la session plénière d’ouverture animée par Ray Ozzie, Chief Software Architect qui a pris la suite de Bill Gates à ce poste aux côtés de Craig Mundie.


L’essentiel des annonces pour cette première journée porte sur la plate-forme de Cloud Computing de Microsoft, qui porte le nom de “Windows Azure Platform Services”.



Au travers quelques démonstrations, il est possible de percevoir que les investissements réalisés par Microsoft avec Windows Azure vont bien au delà de ce que propose une plate-forme de “hosting” classique sur laquelle on peut déposer ses applications Web.


En effet, dans sa conception, Windows Azure apporte aux développeurs des garanties de disponibilités et de montée en charge, la capacité à pouvoir ajouter très simplement des ressources hardware avec l’accroissement des besoins, la capacité à pouvoir facilement mettre à jour une application déjà déployée et en production, sans devoir interrompre le service, et également la capacité pour Microsoft qui opère les DataCenter à pouvoir maintenir et mettre à jour ce “Cloud OS” sans non plus compromettre la disponibilité de l’application et la continuité de service.


Pour les développeurs, Windows Azure se comporte schématiquement comme simplement une autre plate-forme .NET, et reste un environnement très familier, tant au niveau de la plate-forme qui supporte du code natif et/ou du code .NET, les langages usuels de .NET type C# et peut être programmé directement depuis Visual Studio.


La révolution dans la continuité ! Du développeur ou Responsable Informatique, chacun capitalise depuis 2001 sur ses investissements autour de cette plate-forme. Brillant !


Pour le développeur, un aspect important est celui de la mise au point des applications, et là, masquant complètement la complexité interne de la plate-forme, Visual Studio propose tout simplement au développeur de placer des “break points” dans le code qui s’exécute sur Windows Azure, et d’entrer en mode Debug sur le code qui s’exécute “in the cloud”.


Créer une nouvelle application serveur qui cible Windows Azure ? Rien de plus simple : Visual Studio proposera un nouveau template de projet, comme ici :


NewProjectWindow-AzureTools


 


Et qu’on ne s’y trompe pas. Windows Azure est une plate-forme de “Cloud Computing” et de services, et ce n’est *pas* du Vaporware : Windows Azure est disponible en pré-version dès aujourd’hui aux participants de la conférence PDC’08 sous la forme d’une version CTP (aka COmmunity Technical Preview).


Pour nous autres, commun des mortels, il nous faudra juste patienter un peu et suivre les comptes-rendus des expérimentations de ces 6,000 ou 7,000 happy fews via leurs blogs respectifs. No big deal : Nul doutes que ça va arriver rapidement.


Pendant le keynote, nous avons aussi pu assister à une démonstration d’une application – dont honnêtement je n’ai pas vraiment bien saisi l’intérêt mais c’est une autre question – nommée BlueHoo et présentée par Jonathan Greensted, le CEO de Sentinent, son éditeur. Cette application le UI est réalisée en Silverlight repose sur des services qui s’exécutent dans Windows Azure. A l’heure où je rédige ce billet, le service BlueHoo doit être ouvert en bêta publique à l’adresse http://www.bluehoo.com et  http://m.bluehoo.com pour la partie mobile.


En seconde partie de keynote, Ray Ozzie a cédé la place à Bob Muglia, Senior VP Servers and Tools, qui a présenté des services de haut niveau reposant sur les fondations de Windows Azure, parmi lesquels des services de Workflow, ou encore SQL Services, dont le nom remplace celui de “SQL Server Data Services” qui avait été présenté au dernier TechEd.


Le cas de SQL Services est intéressant, car au delà des “simples” Data Services de son prédécesseur, celui-ci s’enrichit à présent de Reporting Services et de Analysis Services, de façon homogène aux trois piliers de son cousin ad-hoc : Microsoft SQL Server 2008.


Enfin, Dave Thomson est venu illustrer les offres “Microsoft Online”, qui correspondent à des version hébergées de services finis, comme Exchange Online, Sharepoint Online, MS CRM Online, ou encore de services compagnons tels que Exchange Services (filtrage anti-spam et anti-virus). La démonstration très concluante mettait en oeuvre une application développée dans Microsoft Office via le modèle OBA (aka Microsoft Office Business Applications) tirant leurs données depuis un système de CRM dans les nuages de MS CRM Online, et produisant un document Word sur mesure, qui a ensuite aussitôt été publié dans une Document Library résidant sur une instance de Sharepoint Online, la solution de gestion documentaire, collaboration et portail en mode hébergé, tournant dans les DataCenters de Microsoft. Whaou.


A la question du tarif et des coûts d’utilisation, Ray Ozzie a simplement répondu que la présente CTP est gratuite (pour tests) pour les participants de la PDC’08, et que quand le produit serait finalisé et commercialisé, son  “pricing would be competitive with the marketplace and based on a combination of resource consumption and a negotiated level of surface”. Fair.


En complément : Je vous invite à visiter la page sur laquelle sont agrégés les billets de mes petits camarades de Microsoft France qui ont fait le déplacement et qui sont donc un peu nos “Envoyés Trèèèès Spéciaux” à la PDC’08, ainsi que quelques billets significatifs de blogs choisis pas totalement au hasard, parmi lesquels le blog de Soma Somasegar.


Bonne lecture, et méditez ceci : “Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt” 😉



Demain, second Keynote qui se concentrera sur le poste client … oui Windows 7 ainsi que sur le développement d’applications riches et d’applications Web. Le Keynote de demain sera également accessible en ligne et aussi via les flux vidéo en streaming suivants :


Tuesday: 10/28
8:30 a.m. - 10:30 a.m.
100 kbps | 300 kbps | 750 kbps


Enfin, si vous avez loupé le keynote d’aujourd’hui ou que vous ne puissiez pas suivre celui de demain, n’allez pas vous jeter par la fenêtre (hé hé Windows encore ;)) parce que les enregistrements des deux keynote seront très rapidement en ligne et On Demand.


Merci qui ?

Comments (1)
  1. odenis says:

    Sympa. Une idée de tarifs ? et se sa disponibilité en France ?

    Merci

Comments are closed.

Skip to main content